Additional information
Prier avec les réfugiés en Syrie
01 septembre 2011

Une famille de réfugiés d'Iraq vivant maintenant en Syrie. Les deux enfants sont handicapés. Ce qui est le plus une source d'anxiété pour les réfugiés iraquiens, qui ont été bienvenus en Syrie par centaines de milliers, c’est que leur pays d'accueil puisse devenir un autre Iraq.
Alep, 1 septembre 2011 – Depuis le début de l'année, la situation de nombreux pays arabes (Tunisie, Egypte, Yemen, Libye, Syrie, Bahrein...) a considérablement évolué sous la pression populaire. Cela a entraîné des changements de régime politique ou des affrontements sanglants... mais aussi de nombreux déplacements de populations.

Dans certains de ces pays, comme en Libye qui était un lieu de transit important pour les migrants africains à destination de l'Europe, les migrants ont parfois été directement la cible d'attaques, et des milliers de travailleurs venus de pays voisins ont dû repartir chez eux, sans travail ni moyen de subsistance. Réfugiés et migrants ont vu leur situation précaire s'aggraver en raison de l'incertitude politique et économique, des comportements d'appartenance ethnique, et parfois de la violence qui s'est établie.

Les réfugiés irakiens accueillis par centaines de milliers en Syrie vivent dans l'inquiétude et craignent par-dessus tout que leur pays d'accueil ne devienne un nouvel Irak, pays largement déstructuré et proie d'attentats aveugles, meurtres, prises d'otage....

Anna Ziegler, directrice adjointe de projet, Alep, JRS Syrie

Ta réflexion
Le «printemps arabe» a un amalgame de causes et motivations extrêmement variées, et chaque pays a ses spécificités propres. Se côtoient des revendications légitimes des populations et des intérêts plus particuliers, nationaux et internationaux, ou des réflexes identitaires, qui ne peuvent conduire qu'à l'injustice et au désordre.

J'ai été frappée à mon arrivée en Syrie d'apprendre que ce pays avait accueilli comme des frères et soeurs plus d'un million d'Irakiens, leur donnant gratuitement accès aux services éducatifs primaire et secondaire et aux services médicaux de base, alors que la Syrie est loin d'être un pays riche et qu'il souffre des conséquences de plusieurs années de sécheresse… Les mots «ahlan wa sahlan» (bienvenue) ont certainement été ceux que j'ai le plus entendus sur place: au Moyen-Orient, il y a une tradition millénaire d'accueil et du vivre-ensemble.

Cette générosité est possible quand chacun – et chaque communauté, de langue, de foi, de culture... – se sent respecté dans ce qu'il est, reconnu comme une richesse pour le tout. Toute exclusion ou généralisation entraîne tôt ou tard des frustrations, des crispations qui, à l'échelle d'un pays, d'une région, du monde entier, vont ouvrir la porte à la violence.

Prions pour que cette tradition d'accueil et d'hospitalité reprenne toute sa force, que l'autre soit accueilli tel qu'il est, que les gestes d'ouverture prennent le pas sur les replis et les rejets, et qu'un esprit de coopération et confiance mutuelle se construise peu à peu...

Prions pour que les projets du JRS au Moyen-Orient continuent d'être des lieux du vivre-ensemble, du célébrer-ensemble, pour dépasser les peurs qui paralysent...

Joignez-vous à nous en réflexion :




Suggested Reading for Prayer
Genèse 18 : 1-8

Yahvé lui apparut aux Chênes de Mambré, tandis qu'il était assis à l'entrée de la tente, au plus chaud du jour.

Ayant levé les yeux, voilà qu'il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui; dès qu'il les vit, il courut de l'entrée de la tente à leur rencontre et se prosterna à terre. Il dit: «Monseigneur, je t'en prie, si j'ai trouvé grâce à tes yeux, veuille ne pas passer près de ton serviteur sans t'arrêter.

Qu'on apporte un peu d'eau, vous vous laverez les pieds et vous vous étendrez sous l'arbre.

Que j'aille chercher un morceau de pain et vous vous réconforterez le cœur avant d'aller plus loin; c'est bien pour cela que vous êtes passés près de votre serviteur!»

Ils répondirent: «Fais donc comme tu as dit».
 
Abraham se hâta vers la tente auprès de Sara et dit: «Prends vite trois boisseaux de farine, de fleur de farine, pétris et fais des galettes.»

Puis Abraham courut au troupeau et prit un veau tendre et bon; il le donna au serviteur qui se hâta de le préparer.

Il prit du caillé, du lait, le veau qu'il avait apprêté et plaça le tout devant eux; il se tenait debout près d'eux, sous l'arbre, et ils mangèrent.



(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-62913453-1', 'auto'); ga('send', 'pageview');