Additional information
Prier avec les réfugiés: les perspectives de l'éducation
01 août 2011

Les élèves de cette classe d'une école secondaire de Johannesburg sont citoyens de l'Afrique du Sud et réfugiés de la République Démocratique du Congo) (Christian Fuchs/JRS)
Washington DC, 1er août 2011 – Les réfugiés ne quittent pas leur pays simplement parce qu'il y a des difficultés, ils partent parce que leurs vies sont en danger et la situation sans espoir. Ils sont conduits par l'espoir de trouver de nouvelles perspectives, pas seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour leurs enfants.

Arriver dans un autre pays est traumatisant pour des parents qui, souvent, sont  confinés dans des camps, où l'emploi n'est pas une option. Même s'ils vivent dans des villes, selon les lois locales, les réfugiés urbains peuvent ne pas être autorisés à travailler. Dans les pays où les réfugiés peuvent travailler, les emplois sont rares ou bien d'énormes obstacles peuvent empêcher les réfugiés d'obtenir un emploi.

L'éducation fournit une ligne de vie pour l'avenir des réfugiés. Les cours pour adultes permettent aux réfugiés d'apprendre de nouveaux savoir-faire à appliquer à de nouveaux métiers. La scolarité traditionnelle permetaux enfants d'être des enfants parmi les enfants de leur âge, de reprendre une vie en quelque sorte normale dans une situation anormale. L'éducation permetaux enfants de grandir, d'avoir l'occasion de préparer un avenir satisfaisant, et de ne pas être piégés dans un camp ou un bidonville, sans espoir.

Ta réflexion
Une réfugiée de la République Démocratique du Congo, qui vit maintenant à Johannesburg, Afrique du Sud, partage avec nous son histoire

«Nous avons fui notre pays, à cause de la guerre; nous avons besoin de voir un avenir à travers nos enfants. C'est comme s'ils ne recevaient pas [de scolarité], nous sommes plus perdus que jamais.

«Si vous n'êtes pas un réfugié, vous ne pouvez pas comprendre ce qu'on ressent. Voir des enfants qui peuvent aller à l'école c'est comme l'espoir qui revient, et le JRS nous donne cet espoir. Nous sommes si reconnaissants pour cela. Mes enfants ont …l'hémophilie, c'était difficile pour eux d'aller à l'école publique : l'école se plaignait tout le temps. Une école [les a mis à la porte]... Et donc, je suis allée au JRS en les implorant de m'aider.

«Parce que je suis une réfugiée, je n'ai pas de travail. Comment pourrais-je me permettre une école spéciale? [Le Service Jésuite des Réfugiés a entendu mon histoire et]  mes enfants ont été acceptés, ils paient pour leur école. Je peux espérer que mes enfants auront un demain, que leur avenir sera devant eux. Ils peuvent aller à l'école comme les autres enfants. Sans cela ils resteraient à la maison à ne rien faire, ils vivraient sans espoir de nouveau, et cela me tuerait.

«Mes enfants sont de bons élèves, je suis contente. Comme [les autres élèves] ne savent pas qu'ils sont réfugiés, ils sot des élèves comme les autres. Donc je suis contente. Les écoles privées sont pour les riches, pas pour les réfugiés, mais mes enfants sont là. Je suis contente, merci au JRS.»

Joignez-vous à nous en réflexion



Suggested Reading for Prayer
Matthieu 13 :1-12

En ce jour-là, Jésus sortit de la maison et s'assit au bord de la route. Et des foules nombreuses s'assemblèrent auprès de lui, si bien qu'il monta dans une barque et s'assit; et toute la foule se tenait sur le rivage. Et il leur parla de beaucoup de choses en paraboles.

Il disait: «Voici que le semeur est sorti pour semer. Et comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger. D'autres sont tombés sur les endroits rocheux où ils n'avaient pas beaucoup de terre, et aussitôt ils ont levé parce qu'ils n'avaient pas de profondeur de terre ; mais une fois le soleil levé ils ont été brûlés et, faute de racines, se sont desséchés. D'autres sont tombés sur les épines et les épines ont monté et les ont étouffés. D'autres sont tombés sur la bonne terre et ont donné du fruit, l'un cent, l'autre soixante, l'autre trente.. Entende qui a des oreilles!»

Les disciples s'approchant lui dirent :  «Pourquoi leur parles-tu en paraboles?

«C'est que, répondit-il à vous il a été donné de connaître les mystères du Royaume des Cieux tandis qu'à ces gens-là cela n'a pas été donné. Car celui qui a, on lui donnera et il aura du surplus…»